L’œil charbonneux en 3 icônes beauté

Ce make-up sombre et sensuel, vous l’aimez depuis longtemps déjà mais sans savoir d’où vous vient vraiment cette passion… Vous ne vous souvenez plus qui vous avait inspiré, à 14 ans devant votre miroir, le mascara coulant sur votre pauvre regard de panda qui avait rêvé de porter un smokey eyes ? Laissez-moi vous conter l’histoire du regard charbonneux en 3 icônes…

Theda Bara : Smokey eyes et bouche rouge (années 20)

Faisons un come-back dans les années 20, le théâtre est peu à peu délaissé pour un genre nouveau : le cinéma. Belles robes, décors réalistes et actrices de charme… oui mais les caméras, ce n’est pas encore de la HD et on est même très loin du cinéma en couleurs alors pour le rendu fidèle des mimiques d’expressions des actrices, on reviendra ! C’était sans compter sur Theda Bara, premier sex-symbol de l’histoire du cinéma ! La belle connut la gloire grâce à un rôle de vampire pour lequel elle s’était fait des yeux charbonneux, un make-up qui accentuait parfaitement son regard triste. D’autres s’y sont essayé à son époque, et à l’image du maquillage théâtral, on portait le smokey eyes avec une bouche bien rouge (aucune négociation possible, je suis navrée : c’est proscrit de nos jours !)

Brigitte Bardot : Cat eyes sexy au fard noir (années 60)

Deux générations plus tard, après le passage des pin-up qui avaient laissé trainer un peu de eye-liner dans leur sillage… une pionnière de la beauté remettait le couvert et s’encerclait les yeux de noir : BB et son mythique maquillage naissaient. Bardot formait une gouache avec un fard noir qu’elle humidifiait avant de se l’appliquer comme eye-liner bien épais. Elle donnait alors un autre attrait à ce make-up : le côté sexy… Ce n’est donc pas par hasard que vous vous sentez femme fatale après avoir dégradé du fard noir sur vos paupières !

 

Nico : maquillage fumé minimaliste (années 70)

Si Brigitte l’a créé, bien d’autres l’ont ensuite repris à leur manière. Nico, mannequin et chanteuse (mais si, Velvet Underground, l’album à la banane d’Andy Warhol, ça vous revient ?) en a fait sa marque de fabrique. Ses traits étaient pourtant plus carrés que ceux de Bardot mais elle a su adapter ce make-up à sa morphologie avec succès. Son regard n’en ressort que plus magnétique et profond grâce au mascara… et en plus, il dissimule les petites imperfections ! Côté coiffure, Nico avait une belle et longue frange, de quoi intensifier encore son regard dédaigneux.

 

3 femmes aux carrières, époques et destins bien différents et pourtant un seul maquillage : l’œil charbonneux ! Tantôt sophistiqué, tantôt énigmatique, il vous rendra plus fatale que jamais… alors osez (osez Joséphine) !

Comments (2)

Un chouette article! Surtout la parti sur les années 20-30 et l’expressionnisme. Une de mes périodes fétiches :)

Merci Julie, je sais bien que tu adores cette époque et tu t’en inspires d’ailleurs beaucoup, moi aussi je trouve les icônes des années 20 sublimes mais… Je reste quand même une inconditionnelle des années 60 ! On ne se refait pas ;-)

Leave a comment