Swinging London : Décryptage d’une époque

Les 60’s, c’était le règne de la pop et des couleurs flashy, le monde se mettait au diapason des tendances en vogue dans le Swinging London. Allons faire un tour du côté de Carnaby Street pour découvrir cette époque bien particulière et les icônes qui l’ont marquée !


Londres dans les 60’s, c’était comment ?

Alors que Paris fut la métropole du XIXe siècle (Art Nouveau, courtisanes et Fée électricité), Londres est sans conteste celle du XXème siècle. On peut même dire que Londres a été le berceau des tendances futures : Pop Art, mass média, mode colorée et simple et évidemment rock’n roll. Fidèle à sa réputation, la capitale de l’Angleterre a toujours cultivé son image de nation flegmatique (sauf lors du jubilé de la Reine, of course). Mais en 1960, le pays est frappé de convulsions culturelles, libérant la jeunesse qui n’attendait que ça, et laissant leurs parents dans la plus totale incompréhension.
Longtemps coincée dans son carcan traditionnaliste et puritain, Londres opère un revirement total dans les années 1960 et se place à la pointe de la nouveauté, aussi bien culturelle que musicale ou vestimentaire. Fini le tweed, les tailleurs classiques, les jupes arrivant à la cheville, le maquillage léger : vive les couleurs, le make up à outrance, les choucroutes capillaires, la minijupe, le rock et les débuts de la pop music ! Tout un programme !

carnaby street
« Carnaby Street Welcomes the world »

Cette révolution culturelle londonienne part d’un lieu stratégique : Carnaby Street. Devenu un lieu de pélerinage pour les fans de rock et de vintage, cette rue a cependant beaucoup changé. Plus de boutiques de mode sixties, de friperies remplies d’uniformes militaires ou de groupes de jeunes Mods réunis autour de leurs scooters improbables. Aujourd’hui, c’est une rue comme les autres mais qui conserve le parfum de ses années glorieuses.

Les idoles du Swinging London

Les icônes de cette culture nouvelle et jeune sont sans conteste et en vrac : la jolie Twiggy, mannequin vedette de Mary Quant et sa minijupe, le mannequin Jean Shrimpton, James Bond, les Who, Mick Jagger et les Rolling Stones, les incontournables Beatles, Andy Warhol, …

Coté style, les critères changent radicalement. La mode se fait plus simple dans les formes, les matières et la coupe des vêtements. Ceux-ci sont d’ailleurs plus fluides et…plus courts, à l’image de la légendaire minijupe, que Mary Quant a réussi à imposer au monde entier à force de persuasion.
A l’inverse, le maquillage s’intensifie : faux-cils, trait d’eye-liner épais, couleurs pop… Si vous avez envie de vous refaire un make-up style Twiggy, suivez notre tuto vidéo ! Quand aux coiffures, elles gagnent en hauteur ce que la minijupe a perdu en centimètres. La jeunesse fait tout pour se démarquer de la mode de ses parents et sa marche. Il en découle une mode colorée, joyeuse et exubérante typique du Swinging London.

Le mieux est encore de se faire son idée du Swinging London en quelques images…

swingin london look
Le combo mini-jupe/collants blancs faisait son petit effet
rolling stones
Les Rolling Stones, visiblement ravis d’être là
mary quant atelier
Mary Quant dans son atelier londonien
beatles mania
La Beatlemania
twiggy 60s
L’idole des jeunes londoniens des 60’s : Twiggy
jean shrimpton
Jean Shrimpton, mannequin vénérée des sixties
andy warhol 60s
Andy Warhol en pleine séance dédicace

Londres, dans les 60’s était vraiment the place to be ! Vous auriez aimé y être ?

Commentaires

MsOriginalDoll
Répondre

Très très bon article. En plus, pour cette dernière année de BAC, j’ai choisi le thème du Swinging London donc on est en parfaite adéquation ! J’adore vraiment ce que tu fais voilà et vraiment, j’adore quand tu parles des sixties.

Camille
Répondre

Merci :)
Je ne comprends pas tout à fait, dans quel cadre tu as choisi le thème du Swinging London ? Les TPE, c’est ça ?
Sinon, j’aurai rêvé de vivre dans les 60’s pour le côté tendance et mythique de cette époque…! Alors je prends vraiment du plaisir à écrire ce genre d’articles, à fouiner un peu partout pour trouver des photos un peu plus inédites que celles que l’on voit habituellement… C’est génial de voir que ça te plait !

Pandaelle
Répondre

Coucou !
Vu que peu de personnes commentent, je laisse ma trace par ici, parce que ton boulot est vachement sympa ; j’aime ce que tu fais ! :) Et ça m’a vachement servi pour mon cours de français (on parlait du film Deep End, et en plus j’adore les 60’s -notamment pour la musique *&*-)
Bonne continuation !

Camille
Répondre

Oh merci à toi ! C’est chouette de faire des cours de français sur cette époque je trouve ! J’aurais adoré en avoir des comme ça, mais nous on se cantonnait plutôt au vieux français et aux textes littéraires très classiques !

Lorna
Répondre

C’est beau par ici dites donc !
Cet article est cool elle ne parle pas que de mode mais de musique aussi et c’est toujours ce qu’il manque en terme de description des années passées, du 40 au 60s j’adore j’adhère !
Viva l’évolution ;)
Xoxo,
Lorna

Camille
Répondre

Coucou Lorna,
Merci pour ton gentil,commentaire, c’est super agréable de voir que ce que j’écris plait autant. C’est une époque que j’adore moi aussi et c’est toujours un plaisir pour moi de chercher des documents et des photos de ces années !

Laisser un commentaire

nom*

email* (pas publié)

site web