Qu’est-ce qu’une blonde Hitchcockienne ?

« La mort aux trousses », « Les oiseaux » ou encore « Sueurs froides », tous ces films comptent une héroïne blonde et loin d’être ingénue… Mais qui sont donc ces « blondes hitchcockiennes » ? Je vous livre ici leurs codes et leurs traits caractéristiques. A vos blocs-notes, il y a de la source d’inspiration dans l’air.

blonde hitchcock vertigo

Hitchcock préfère les blondes (enfin, pas toutes)

On peut dire qu’Alfred Hitchcock aimait jouer sur la différence. Alors que les pin-up sont au sommet de leur gloire, le réalisateur refuse de donner un rôle à Marilyn Monroe sous prétexte qu’elle a « le sexe affiché sur la figure ». On comprend alors mieux ce que recherche Hitchcock : des femmes raffinées, sexy et discrètes. Si elles ont de nombreux points communs, chaque actrice a donné un peu d’elle pour construire le fantasme de la « blonde hitchcockienne ». La première à apporter sa touche était June Tripp en 1927, elle a été succédée entre autres par Kim Novak, Eva Marie Saint et Janet Leigh.

Des héroïnes paradoxales

[quote align= »right » width= »48% »]«Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l’imagination, plus elles suscitent d’émotions.» Alfred Hitchcock[/quote]
Fasciné par les blondes (on peut même dire qu’il était à la limite du fétichisme ce bon vieux Al’), elles ont toutes une peau claire et parfois quelques tâches de rousseur. On pourrait croire que ces poupées de porcelaine sont douces à l’image de leur beauté mais elles sont tout l’inverse… Hitchcock se plait à leur faire incarner le mal. Tour à tour voleuses, psychopathes ou espionnes, elles représentent tous les vices. Côté séduction, on reste sur le même schéma : froides mais brûlantes, les femmes chez Hitchcock cachent bien leur jeu…mais sont de vraies bombes à retardement.

Les actrices devenues icônes

La poupée bourgeoise d’Hitchcock est en fait un idéal monté de toutes pièces par le réalisateur. Hitchcock s’amuse à modeler ses actrices, il dit même préférer les femmes nordiques aux latines, parce qu’elles savent moins mettre en avant leurs avantages… La seule avec laquelle il n’aura rien eu à faire était Grace Kelly, la princesse représentant tout ce dont il rêvait : « un volcan sous la neige ». S’il en faisait ce qu’il voulait à l’écran, la réalité était toute autre : épris de chacune de ses muses, le malheureux Alfred a essuyé bien des refus…

;

Lisa (Grace Kelly) dans « Fenêtre sur cour », Eve Kendall (Eva Marie Saint) dans « La mort aux trousses » ou Marion Crane (Janet Leigh) dans « Psychose »… Qui est votre blonde hitchcockienne préférée ?

Comments (2)

Superbe article! Je crois que ma blonde hitchockienne préférée c’est Tippi Hedren, j’ai tellement bien aimé « les oiseaux »!

C’est l’une des premières blondes hitchockiennes… pour l’anectode, Hitchcock avait flashé sur elle alors qu’elle jouait dans une publicité et il a littéralement lancé sa carrière d’actrice en un seul (mais mythique) film.

Leave a comment