Juliette Dragon : interview de la reine du burlesque

Si son nom vous est encore inconnu, il va falloir vite y remédier ! Juliette Dragon est l’incarnation d’un savant mélange de plusieurs disciplines : New Burlesque, théâtre, cirque et pyrotechnie… J’ai interviewé pour vous cette artiste multi-fonctions !

Qui est Juliette Dragon ?

juliette dragon burlesque

Bonne question ! Je crois bien qu’il est impossible de définir Juliette Dragon en un seul mot… Au fil des années, elle est devenue performeuse burlesque, mais elle a aussi été mannequin pour de grands créateurs comme Jean-Paul Gaultier ou Martin Margiela. Vous avez aussi pu la croiser lors de concerts puisqu’elle a performé pour, entre autres, -M-, Gotan Project ou encore Washington Dead Cats. Entre deux, elle a pris quelques cours avec dresseurs de fauves et autres clowns pour être au point sur les arts du cirque et du théâtre de rue. Et pour compléter le tout, la jolie Juliette a ajouté une corde (ou plutôt un pétard) à son arc et a tout simplement décroché son diplôme d’artificière professionnelle, rien que ça. Pour transmettre ses passions au plus grand nombre, elle a créé le Collectif Surprise Party qui réunit à la fois des pin-up effeuilleuses, des acrobates, des DJs ou encore des chanteuses et comédiens. Après 20 ans d’expérience (!!) (on est d’accord, elle a du débuter à l’âge de 5 ans à en voir ses dernières photos), elle est maintenant -en plus de ses autres activités- directrice artistique, un job qui lui permet de réaliser sur-mesure des tonnes de nouveaux spectacles, toujours plus surprenants puisqu’ils mêlent cirque, feu, new burlesque et théâtre…

Interview de la pionnière du burlesque

Quand et comment est arrivé le burlesque dans ta vie ?

interview juliette dragonJ’ai commencé à faire de la scène à Montpellier en 1993. Je faisais alors partie d’un collectif Queer qui organisait des Raves Parties. J’étais la seule « fille » biologique et ce sont mes ami-e-s qui m’ont appris à me travestir pour me transformer en femme. Moi qui suis arrivée garçon manqué, c’est ainsi que j’ai appris à assumer ma féminité: en me transformant en diva de cabaret toute en perruque, paillettes et plumes. C’est là que j’ai appris à me maquiller et à me coiffer telle une pin-up de film hollywoodien mais revue et corrigée à la mode Drag Queen.
Par la suite, j’ai travaillé avec des circassiens et des artistes de théâtre de rue et j’ai appris à manipuler des agrès enflammés.
Incorporer du feu à mes numéros de danse, m’a obligée à m’effeuiller pour ne pas abimer mes costumes.
Ce que je faisais, j’appelais ça du Cabaret dans un style modernisé. Pourtant au bout de quelques années, des amis revenus des Etats-Unis m’ont dit que mes performances, en fait, c’était du Burlesque et même du New Burlesque, c’est-à-dire ce cocktail détonnant de maquillage pin-up / Drag Queen / théâtralité / effeuillage / cirque, etc.
Et me voilà propulsée bien malgré moi pionnière du Burlesque en France (en 2003) !
Je ne savais même pas que d’autres artistes outre-atlantique s’effeuillaient comme je le faisais avec le même style de costumes sur les mêmes musiques et ayant les mêmes influences cinématographiques, les mêmes opinions politiques etc.
Quelle révélation quand je me suis renseignée un peu ! J’étais enchantée de me trouver des pairs dans le monde entier !

Lorsqu’on pense au burlesque, on pense souvent aux inspirations des effeuilleuses : les pin-up des années 50. Qui sont tes pin-up fétiches ?

Rita Hayworth et Bettie Page sont deux de mes préférées!
Je crois que Bettie reste ma favorite pour la fraicheur de son sourire en pleine séance de bondage !
Elle a une beauté qui passe les décennies sans se faner et reste l’icône absolue de tout rockeur qui se respecte.
Mais bon, dans l’ensemble, je suis inspirée par strictement toutes les icônes féminines un peu fortes: de la Vierge Marie à Tank Girl, BD, mangas, séries Z à la Barbarella, diva hollywoodiennes (Hepburn, Monroe, Gardner, Midler…), rock stars (Poison Ivy, Nina Hagen), toutes les femmes qui envoient :)

Tu as de nombreuses activités connexes mais tu es avant tout une performeuse burlesque et tu incarnes de nombreux personnages pour tes shows. Quel est ton personnage favori ?

En 20 ans, j’ai monté beaucoup de spectacles et de concepts divers et variés mais le dénominateur commun à tous mes shows c’est la mise en scène d’une féminité exacerbée, séductrice, assumée et plutôt rentre-dedans. Mes pin-up sont assez fatales en général. Elles ont beau être très sexy, ce ne sont pas pour autant des femmes objets passives !
D’ailleurs mon nom de scène est un oxymore:
JULIETTE pour le côté amoureux romantique à la Shakespeare, doux, sensuel, séduisant, glamour
DRAGON pour le côté plus dangereux, fantasmagorique, parfois too much et pour les flammes aussi bien sûr!

spectacle juliette dragon

Aurais-tu une anecdote amusante à nous raconter à propos d’un show ?

Oh j’en aurais plein…
Disons que lorsque j’ai commencé, il y a 20 ans, ce n’était pas du tout la mode de l’effeuillage ni même du Cabaret.
(C’était la mode des musiques techno puis celle des musiques Black hip hop etc. NDRL)
Bref, mes performances étaient de véritables OVNI partout où je me produisais. Le public ne savait pas trop à quoi s’attendre.
Et souvent quand je montais sur scène en costume, on me prenait pour une drag queen donc un homme.
Par conséquent, dans le public, s’approchaient les gays et certaines filles. Quand je commençais mon effeuillage, les filles s’éloignaient, assez interloquées, certains gays se détournaient et les garçons hétéros se rapprochaient, intrigués.
Puis, de plus en plus dénudée, je commençais en manipuler des agrès enflammés de plus en plus spectaculaires avec un grand sourire et alors les garçons hétéros reculaient impressionnés et les filles revenaient en criant pour m’acclamer.
Je me suis toujours beaucoup amusée de ces mouvements de foule dans mon public qui prouvent qu’il ne faut pas se fier aux apparences…

effeuilleuse juliette dragonTu es toujours très apprêtée pour monter sur scène, quelles sont tes habitudes beauté lorsque tu te fais belle avant un show ?

Avec les années, mon maquillage s’est allégé. D’abord parce que les modes ont changé de nombreuses fois et puis parce qu’en vieillissant ma peau et mes traits de visage ont évolué. Par exemple, le fard à paupières, je l’estompe plus qu’avant. J’accorde particulièrement mon attention à l’effet rendu de loin: pour la scène, personne ne me voit à moins de quelques mètres.
Par conséquent, ce qui fonctionnerait pour un shooting en gros plan est inutile sur un grande scène et inversement: les ombrages exagérés des yeux ou du blush pour la scène (« si ce n’est pas trop, ce n’est pas assez » telle est ma devise) sembleraient grossiers en gros plan.
Pour la scène, il faut des pigments très forts, des couleurs franches, vives, du noir profond car les éclairages écrasent tout donc il faut oser ressembler à un pot de peinture en loges en lumière blanche pour être juste comme il faut sous les spot lights.

Si tu ne devais choisir qu’un seul produit de beauté, lequel serait-ce ?

Une très bonne crème hydratante. C’est la base de tout! Je suis fan des crèmes NUXE. Excellentes bases de maquillage ou juste pour hydrater ma peau nue, tous les jours. Mais le soir, après m’être démaquillée, je masse mon visage avec une huile que je fais moi-même avec de la vitamine E et des huiles essentielles, elle est magique ! (mais il ne faut pas l’utiliser la journée car elle ne filtre pas les UV)

Quels conseils pourrais-tu donner aux débutantes dans l’art du maquillage de scène burlesque ?
Les bases du maquillage Burlesque, c’est avant tout un teint unifié, lumineux, parfait. Toujours choisir un ton plus clair que sa couleur de base pour s’illuminer. L’idée de prendre un ton plus foncé pour un effet bonne mine comme si on avait l’air bronzé est une erreur fort répondue: ça donne l’air terreux. Ensuite, il faut maitriser l’oeil de biche et la belle bouche rouge, ourlée au crayon, nickel.

Comments (4)

J’ai eu la chance de la voir sur scène avec les washington dead cats, et j’ai adoré!! Quelle femme!

Je suis bien d’accord : Juliette Dragon met le feu à elle seule !
Moi je l’avais vue sur scène lors d’un festival Burlesque à Lille, elle était fabuleuse !

Merci Camille pour ce superbe article! Je suis touchée, je vais en parler à tout le monde et surtout promouvoir ton site qui est extra!

Merci à toi Juliette d’avoir répondu à mes questions :)
Bonne continuation à toi, j’ai hâte d’avoir l’occasion d’aller te revoir sur scène !

Leave a comment