Les portraits du New Burlesque : Wanda de Lullabies

Le vintage, c’est bien. Mais il n’y a pas que ça dans la vie (si si, j’vous jure). Il y a également l’effeuillage Burlesque et New Burlesque, deux disciplines extrêmement liées au milieu rétro, qui regorgent de talent, de performeuses de qualité et de références vintage variées.

Chaque mois, je vais dresser pour vous le portrait d’une effeuilleuse qui marque ce milieu par son talent, son originalité et son univers décalé.

Follow my blog with Bloglovin

wanda de lullabies
Wanda de lullabies, la Pin up kitsch « from outer space » – Photo d’Artkane Asylum

La Pin Up burlesque du mois de Mars est miss Wanda de Lullabies, l’unique effeuilleuse cosmique kitsch. Issue d’un univers peuplé de musique surf, de monstres en carton pâte, de soucoupes volantes en forme de soupière, Wanda est la digne représentante d’un New Burlesque kitsch et série B. Dans le bon sens du terme.

Salut Wanda ! Bon tout d’abord : je suis totalement et absolument fan de toi et des personnages auxquels tu donnes vie dans tes performances. Voilà, c’est dit !

Les lectrices de notre site sont à la pointe de la mode vintage mais ne connaissent pas forcément le milieu de l’effeuillage burlesque. Pourrais-tu nous expliquer comment tu as connu cette discipline et pourquoi tu as décidé de te lancer dans ce monde de paillettes ?

Coucou à toutes les lectrices de Vintage Make up !! Je ne me souviens jamais comment j’ai connu tel ou tel chose…c’est bête….c’est comme si c’était là depuis toujours et que ça avait juste ressurgi. Le vintage m’a emmené dans les 1940’s avec Fred Astaire, Ginger Rorgers, mes idoles de quand j’avais 10 ans. Et puis j’ai lentement mais sûrement bifurqué vers l’univers 1950’s de A à Z, à l’adolescence. L’esthétique féminine, celui des pin-up cheesecake, le rock n’roll, les jupes crayons, et le léopard. Puis sont venus se scratcher les films de science fiction, la musique surf exotica et le burlesque. Comme beaucoup je me suis mise à décortiquer le net et me suis imprégnée une par une de toutes ces vidéos, du strip tease de l’époque. (Regardez la chaîne « Something Weird » sur Youtube, tout y est !) Qui est arrivé en premier ? Je ne me souviens plus.

Et puis un jour il y a eu une soirée autour des 1960’s à Grenoble (déjà trois ans) ! Je préparais un numéro dans mon coin (plutôt du genre discrète et un peu solitaire parfois) et puis quelqu’un m’a fait confiance ! Yann Cracker préparait une soirée de lancement de son nouveau groupe Towerbrown. La première « Beat’n burlesque » était née :) Je suis ensuite allée vers Mrs Rose lui demander si ça l’intéressait de se lancer sur scène avec moi : BBB (Burlesque-Bigoudis-Bricolage, le collectif qui nous a fait connaître) été lancé !

Quand je regarde tes photos et tes spectacles, je me dis « wahou, cette fille aime les séries B des années 1950 » et les héros fantastiques. Toute une culture rétro qui revient à la mode à travers le vintage. Pourrais-tu nous dire quelles sont tes influences, tes références, tes héros ?

wanda-lullabies-effeuillage-burlesque
Photo de Jessica Calvo

Viens chez moi siroter un cocktail ! Tu te retrouveras dans cette toute petite pièce et tu comprendras :) Derrière les bambous tu apercevras peut-être Bettie Page s’amusant tant bien que mal avec un gorille, sous le regard polisson de ce bon Russ Meyer. Les flamands roses se dandinent sur ce vieux morceau de surf exotique qui tourne, déraye et agace les dangereux tikis.
Ne compte pas sur Elvis pour te sauver, Jésus l’attends vers d’autres galaxies où Bettie Howard et Blaze Starr se crêpent le chignon à la porte de son vaisseau spatial. Tu es chez moi, dans cet appartement qui tente de ressembler à une peinture de Shag, dans ma tête et sur mon autre planète, celle qui a décidé de m’habiter.

Lequel de tes personnages te tient le plus à cœur ?

« Wandarella from outer space ». Le numéro hommage justement à ces films cultes, navets kitsch de science fiction : « The queen from outer space », « Barbarella »…. Où une tenue en alu et des antennes deviennent tout à coup très sexy !

La nouvelle est tombée il y a peu : tu fais partie des effeuilleuses sélectionnées pour représenter la France au London Burlesque festival, aux cotés de Miss Anne Thropy, Minnie Valentine, de la superbe Catherine D’lish et bien d’autres. C’est le début de la consécration non ?

Je ne sais pas si c’est le début de quelque chose. Ce qui est drôle, c’est qu’ayant eu une petite baisse de forme (il y a parfois un décalage évident entre ce que j’imagine et ce qui est réalisable), cette nouvelle m’a regonflée à bloc. Car oui, tout à coup paf, ça vous tombe sur le coin de l’oeil. J’ai encore du mal à réaliser d’avoir eu la chance d’être sélectionnée parmi 500 performeurs au plus grand festival européen du genre !

Comment envisages-tu ta prestation sur la scène londonienne ? Quel(s) show(s) vas-tu présenter, si ce n’est pas un secret d’Etat, bien sur !

Wandarella from outer space et la Fiancée de Frankenstein (que je n’avais en plus, pas prévue) ahah ! Je travaille mes numéros plusieurs heures par semaine, c’est un mélange d’excitation et de trac. Mais surtout hâte de vivre cette expérience, de rencontrer tous ces incroyables performeuses et perfomeurs venus du monde entier, de partager et d’en prendre plein les yeux !

Pour beaucoup, le burlesque reste encore une discipline méconnue et trop associée au strip tease. Que leur dirais-tu pour faire évoluer les mentalités ? (sans brûler ton soutien-gorge bien sûr, parce qu’on les aime bien, tes soutiens-gorge à paillettes !)

Je tiens tout d’abord à préciser que le burlesque est bien du strip tease et qu’il ne faut pas en avoir honte. On dit « burlesque strippers » le mot « effeuillage » est bien une invention française pour le dissimuler :)

«Le burlesque est bien du strip tease, il ne faut pas en avoir honte.»

Ce qui le différencie du strip tease fluo de boite de nuit, c’est la manière dont il est appréhendé et amené. Certes, on se déshabille mais ce n’est pas l’axe principal. Il s’agit avant tout d’un thème choisi et du personnage mis en scène. On peut y mettre de l’humour, les fantaisies les plus folles, on fait des shows en femme sardine, en masque et tuba, femme à barbe. Mais il y a aussi plus classique et « vintage » avec des shows bourrés de sensualité qui ramènent à une époque, un film. Ils font le plein d’énergie et d’érotisme sans jamais frôler la vulgarité. C’est sans doute comme ça que beaucoup reconnaissent le burlesque, le différencient et l’admirent. Aussi on ne finit jamais entièrement nues. Tu sais, le plus souvent les préjugés négatifs viennent de personnes de 17 comme de 40 ans qui n’ont jamais vu de show en live. Une fois qu’elles se prêtent au jeu du public interactif, les ¾ du temps, elles en redemandent ! Hommes et femmes, et surtout les femmes qui représentent 80% des personnes qui viennent nous voir:)
L’autre jour une dame de 70 ans m’a demandé où elle pourrait prendre des cours. J’ai trouvé ça génial !!

Et pour finir, quel conseil donnerais-tu à une novice de l’effeuillage burlesque ou à une amoureuse du genre qui voudrait se lancer ?

burlesque wanda de lullabies
Photo de Jean Sébastien Pourre

Le plus important est de s’amuser, de la création du numéro jusqu’à l’interaction avec le public. De mettre l’accent sur le détail, le costume, la mise en scène. J’aime quand on est plongé dans un numéro, quand on oublie qu’on est dans une salle face à une performance. Aussi, je ne sais pas si il y a des conseils qui valent plus que d’autres, mais je trouve ça important de se trouver un univers et de le porter. Je sais qu’on déteste toutes être rangées dans de petites cases, mais rester fidèle à ce qu’on aime et ne pas chercher à s’adapter à une demande, je trouve ça vraiment admirable.

Il y a ici une amie qui s’est récemment lancée, Violetta Cancan. Elle est déjà reconnaissable à travers son univers « freaks et steampunk ». Une autre performeuse n’a choisi que des références aux Disney, une autre plus « circus », une autre en référence à l’âge d’or du burlesque glamour….La palette est aussi large qu’il y a de personnalités et c’est pour ça qu’on aime cette discipline. Être reconnu dans un créneau vous apportera bien plus que d’être reconnu tout court. Vous porterez ainsi le burlesque dans une vraie démarche artistique. Cela au prix de quelques sacrifices, de sélection, en sachant parfois savoir dire « non ». Mais au fil du temps on vous proposera très certainement plus de dates et de soirées en adéquation avec votre univers ! Et là bingo !! C’est juste l’éclate, le pied !!! Merci encore à toi pour ce petit question-reponse très sympa !!

Merci à Wanda de Lullabies, la Pin-up kitsch « from outer space », pour m’avoir si gentiment répondu ! Nous te souhaitons bonne chance pour le London Burlesque Festival, en espérant te voir bientôt sur scène en France !

Laisser un commentaire

nom*

email* (pas publié)

site web