La (Sunshine) Pop underground de Mehdi Zannad

Mehdi Zannad et sa sunshine pop subtile raviront les fans des Beach Boys et plus particulièrement de Brian Wilson tant son influence est présente dans l’œuvre de l’ex-Fugu. 32 degrès Celsius, les serviettes de plage sont dans le Combi, nous atteindrons la côte Californienne dans quelques minutes, enfin presque.

mehdi zannad

Derrière de faux airs de pop légère se cachent des arrangements et des mélodies complexes, souvent composées de beaucoup d’instruments classiques. Mehdi a emprunté à la Pop post-Smile les harmonies vocales et un certain engouement pour la surochestration. On retrouvera donc au travers des albums Fugu 1, As Found et Fugue, comme empreintes de la fin des années 60, des influences de sous-genre de Pop musique. Sunshine Pop, Christian Pop et Pop Baroque s’entremêlent, le tout saupoudré d’un brin de chanson française dont les airs ne sont pas sans me rappeler un certain Laurent Voulzy. Le quadragénaire originaire de Nancy oscille avec aisance entre la langue de Donovan et celle de Gainsbourg, avec comme l’Homme à tête de chou, un sens incroyable de la musicalité dans les mots.

Fugu – Here Today

Loin des clichés habituels du genre et des niaiseries qui lui sont parfois associées, Mehdi délivre une pop au sens du détail et à la maîtrise quasi parfaite. Discret, la voix aérienne, il chante comme on chuchote un secret, une parole d’amour. Quand ils ne sont pas dans ma chaîne hifi, je range ses disques aux côtés des Zombies, des Blades of Grass et de Roger Nichols : des Artistes relativement « underground » que l’on ne partage, tel un secret, qu’avec un petit cercle d’amis. À leur manière, celui qui a sans doute beaucoup écouté le disque La Septième vague est une perle au milieu des grains de sel, dans l’océan de la pop.

Mehdi Zannad – Barques

Laisser un commentaire

nom*

email* (pas publié)

site web